Vous êtes ici : Accueil > Littoral_villes > Cabotage > ÉTRETAT > ÉTRETAT
Publié : 21 octobre 2014
Format PDF Enregistrer au format PDF

ÉTRETAT

Retour à la carte

Falaise sud d’Etretat, 9 août, Carnet de voyage, Victor Hugo


"Ce que j’ai vu à Étretat est admirable. La falaise est p
ercée de distance en distance de grandes arches naturelles sous lesquelles la mer vient battre dans les marées. J’ai attendu que la marée fût basse, et, à travers les goëmons, les flaques d’eau, les algues glissantes et les gros galets couverts d’herbes peignées par le flot qui sont comme des crânes avec des chevelures vertes, je suis arrivé jusqu’à la grande arche, que j’ai dessinée. Il y a, à droite et à gauche, des porches sombres, l’immense falaise est à pic, la grande arche est à jour, on en voit une seconde à travers, de gros chapiteaux grossièrement pétris par l’océan gisent de toutes parts. C’est la plus gigantesque architecture qu’il y ait. Dis à Boulanger que Piranèse n’est rien à côté des réalités d’Étretat.
Au loin, à l’horizon, il y avait un navire dont les voiles gris de pierre dessinaient sur la mer une colossale figure de Napoléon. Le tout était merveilleux."

1. TEXTES
Victor HUGO
Gustave FLAUBERT
Maurice LEBLANC

2. DOCUMENTS ICONOGRAPHIQUES
Etretat et les peintres
Etretat et les peintres (2)
La falaise d’Etretat après l’orage, Gustave COURBET, 1870
Etretat, La Manneporte, reflets sur l’eau, Claude MONET, 1885