Vous êtes ici : Accueil > Pratiques > Lecture > Partager ses lectures via des réseaux sociaux : le défi des Booktubers.
Publié : 2 juin
Format PDF Enregistrer au format PDF

Partager ses lectures via des réseaux sociaux : le défi des Booktubers.

Compte-rendu d’un projet mené au Lycée Marc Bloch de Val de Reuil.

  • Le constat initial est que les lycéens lisent et même pour certains beaucoup, mais qu’ils n’en parlent pas, et n’échangent leurs impressions de lecture que trop rarement. Ils reconnaissent volontiers qu’ils cumulent les lectures des mêmes auteurs ou des mêmes genres. Au final, alors que la lecture est pour eux un loisir de premier choix, leur horizon de lecteur reste finalement assez réduit. Ce projet nait donc d’abord d’une envie de stimuler leur activité littéraire, de leur donner le goût de découvrir des espaces inconnus, d’oser formuler un jugement argumenté sur une œuvre, d’oser confronter leurs points de vue à celui de leurs pairs et si la magie opère de donner à d’autres l’envie de découvrir ces œuvres dont plusieurs prennent goût à parler.

  • Parler d’un projet « Booktubers » à des lycéens, voilà qui a pour eux aussitôt du sens. En effet, les chaînes proposées par Youtube sont couramment consultées, voire suivies par les élèves ; il n’est pas rare qu’eux-mêmes en aient d’ailleurs ouvert une. Certains, sans être de grands lecteurs, n’en sont pas moins déjà abonnés à des chaînes de booktubers, qui leur permettent de découvrir les œuvres « à la mode » et celles qu’ils pourraient avoir envie de lire.

  • C’est au final une quinzaine d’élèves, essentiellement des élèves de 1res, tant générales que technologiques (une élève de seconde a rejoint le groupe récemment) qui s’est réunie deux fois par mois avec enthousiasme pour échanger, travailler en commun et produire des videos.

  • D’emblée, différents choix se sont imposés au groupe. D’abord, pour cette première année, se lancer sur une chaîne Youtube a paru un peu démesuré... Nul ne savait si le projet finalement dépasserait les premières lectures. Comme il existait déjà plusieurs pages Facebook au lycée, une nouvelle a été créée, destinée spécifiquement aux Booktubers. La question se posera en fin d’année de savoir si on reste avec la page Facebook ou bien si l’on ouvre une chaîne Youtube. Il a fallu ensuite se familiariser avec les outils : la tablette tactile, la prise de vue et de son, les outils de traitement de l’image, et d’autres petits logiciels permettant aux élèves trop peu confiants pour se lancer directement devant l’écran de produire des petites vidéos avec seulement leurs textes, ou leurs textes et leur voix. Il est nécessaire de préciser que le téléphone portable des élèves, dont la qualité de l’image est bien meilleure souvent que celle de la tablette, a permis une plus grande autonomie : chacun a pu travailler quand et où il le voulait.

  • Profitant de la rentrée scolaire, ce sont des œuvres actuelles que je leur ai proposées, les romans qui allaient concourir pour les différents prix. Pour le coup, les auteurs et les œuvres étaient inconnus du groupe ; les premières de couverture pouvaient cependant leur « dire quelque chose », les ayant vues en passant en librairie ou dans les espaces culturels des grands magasins. La lecture des œuvres s’est accompagnée dans un premier temps d’une veille littéraire : les émissions télévisées consacrées à ces romans de la rentrée, les podcasts disponibles sur les sites des radios également ont permis de découvrir les différents auteurs et ce que leurs œuvres suscitaient chez d’autres lecteurs. Régulièrement, ces videos ont été partagées sur la page facebook, afin de susciter l’intérêt et la curiosité des élèves du groupe, de leurs familles et des autres lycéens. Récemment, les élèves eux-mêmes ont commencé à prendre en charge de manière autonome ce rôle de veille : ce sont eux qui ont proposé de mettre en ligne des articles lus sur la toile à propos du succès des Booktubers. Les élèves ont aussi proposé de présenter les livres qu’ils lisaient actuellement et qu’ils avaient envie de conseiller.

  • Ce projet permet de travailler avec les élèves des compétences de lecture, de prise de parole, de manipulation des TICE et contribue également à l’affirmation de leur autonomie. La qualité des productions est peut-être encore inégale, mais ce qui est important, c’est que les élèves les réalisent entièrement eux-mêmes. Leurs efforts sont reconnus des autres élèves du groupe et chacun propose des améliorations. La dynamique est désormais en place. Ce projet sera reconduit l’an prochain, et touchera de fait des élèves de tous les niveaux et de toutes les séries. À suivre...