Vous êtes ici : Accueil > Archives > Collège > Propositions pédagogiques > Progressions et séquences > Travailler en séquences au collège
Publié : 15 octobre 2010
Format PDF Enregistrer au format PDF

Travailler en séquences au collège

IA - IPR de Lettres (Rouen) - Travailler en séquences au collège

Nous souhaitons encore vous rappeler que les séquences doivent être en nombre important : une dizaine de séquences est à envisager sur l’ensemble de l’année scolaire. Pour cela, on veillera toujours, rappelons-le, à ne pas étirer dans le temps une même unité de travail. Si certaines séquences (par exemple la lecture d’une ouvre intégrale dense ou un projet d’écriture lourd) méritent un temps substantiel et donc plus long par rapport à d’autres, il semble raisonnable de ne pas dépasser de toute façon quatre semaines. Au-delà, l’intérêt des élèves s’émousse considérablement, le travail se dilue et la séquence, juxtaposant de multiples activités et accumulant des objectifs trop nombreux, fait perdre de vue l’essentiel.

Le principe du décloisonnement est maintenu et nous sommes d’accord pour conserver le mot « séquence », tout en rappelant que l’utilisation à elle seule du mot ne garantit en rien la réalité d’un travail en séquences. Un réel projet d’écriture et de lecture, quel que soit l’ordre de présentation choisi, doit servir de fil conducteur à la séquence en prenant en compte l’acquisition de connaissances et de compétences clairement définies par les réponses à ces deux questions : quels savoirs pour l’élève à la fin de cette séquence ? Quels savoir-faire ?

Le bon sens doit présider à l’équilibre et à l’articulation de toutes les activités du français dans la séquence : l’étude de la langue, la lecture, l’écriture, l’oral, l’histoire des arts et l’utilisation des TICE. Il s’agit moins de vouloir tout travailler à quantité égale dans chaque séquence, dans des conditions parfois difficiles, que de veiller à ce qu’aucune activité ne soit négligée au cours de la progression annuelle et qu’elles prennent sens les unes par rapport aux autres.Nous insistons sur la notion de liberté pédagogique accompagnée de son corollaire, la responsabilité : le professeur doit être capable de rendre compte des choix qu’il effectue en fonction des acquis de ses élèves. Pour cela, nous rappelons la nécessité d’évaluations réfléchies, variées et transparentes pour mieux guider la progression des apprentissages des élèves.

Sources : Lettre de rentrée 2007 et Lettre de mai 2009 des IA-IPR de lettres de l’Académie de Rouen (consulter les Lettres de rentrée sur cette page)