Vous êtes ici : Accueil > Archives > Collège > Propositions pédagogiques > Lecture - écriture > L’écriture au collège
Publié : 15 octobre 2010
Format PDF Enregistrer au format PDF

L’écriture au collège

IA - IPR de Lettres (Rouen) - L’écriture au collège

La circulaire du 20 septembre 2004 sur L’enseignement du français au collège, en cohérence avec les Programmes des différents niveaux, réclame clairement que « soit renforcée, dans l’organisation des séquences, la place d’exercices fondamentaux, à l’écrit comme à l’oral, qui favorisent un effort personnel et répété des élèves ; leur importance et leur caractère formateur doivent être réaffirmés ». Dans cet esprit, nous souhaitons vous rappeler combien le cours de français doit être, pour les élèves, l’occasion d’ écrire très régulièrement.

L’enjeu est de faire écrire les élèves souvent et sous les formes les plus variées. Des moments d’apprentissages spécifiques de l’écrit (une séquence, une séance) s’articuleront avec des apprentissages récurrents (pratiques d’écriture ponctuelle dans chaque séquence, écritures intermédiaires).

On proposera à échéances régulières des travaux d’expression écrite qui seront faits majoritairement à la maison et, de temps en temps, en classe : il faudrait envisager un travail écrit collecté et corrigé toutes les deux semaines, en moyenne.

On variera la nature des productions (pastiches, lettres, amplifications de texte, exposés d’une opinion personnelle, résumés, comptes rendus, questionnaires.) et leur longueur (dix lignes à trois pages, voire quatre en 3e ) selon le niveau, le moment de l’année et la finalité du travail dans la séquence. D’une façon générale, on prévoira un travail consistant d’expression écrite en fin de séquence (dans le cadre d’une évaluation sommative) et un ou des travaux plus modestes en cours de séquence (pour procéder à une évaluation formative).

On sera attentif à la précision des consignes et, pour chaque devoir, on aura soin d’indiquer des critères de réussite ou des aides à l’écriture : il est important que les élèves comprennent exactement ce que l’on attend d’eux. Lors de la remise des copies, des commentaires en rapport avec ces critères leur indiqueront ce sur quoi ils ont réussi ou échoué. D’ailleurs, lors des comptes rendus de devoirs, on prendra largement appui sur leurs productions.

On cherchera aussi, dans la mesure du possible, à inscrire certains travaux d’expression écrite de l’année dans une perspective de communication réelle (lettre(s) réellement envoyée(s), expositions de textes, confection d’un recueil, travail avec un partenaire extérieur, etc.

Les nouveaux programmes insistent sur l’importance des activités d’écriture : « La correction et l’enrichissement de l’expression écrite sont au cœur des préoccupations pédagogiques pour tous ceux qui enseignent le français au collège. » « Les activités d’écriture sont variées » et mises en rapport avec la lecture. Ainsi, « toute séance d’analyse de textes littéraires comporte avant la séance, pendant, à la fin ou après, des travaux d’écriture ». Ces derniers (résumé, reformulation d’un texte lu ou entendu par exemple) « permettent une perception plus fine et plus personnelle des textes ».

Sources : Lettres de rentrée 2007 et 2008 des IA-IPR de lettres de l’Académie de Rouen ; (consulter les Lettres de rentrée sur cette page)