Vous êtes ici : Accueil > Archives > Collège > Textes officiels > L’étude de la langue
Publié : 15 octobre 2010
Format PDF Enregistrer au format PDF

L’étude de la langue

IA - IPR de Lettres (Rouen) - L’étude de la langue au collège

Certaines dérives de l’enseignement en séquences ont pu contribuer ces dernières années à réduire considérablement le temps consacré à l’étude de la langue dans les cours de français. Or, comme nous le précise la circulaire du 20 septembre 2004, « il est impératif de consacrer du temps, c’est-à-dire des séances de travail systématiques, à l’étude (observation, analyse, mémorisation) de la langue et de son fonctionnement (grammaire, orthographe, vocabulaire) ». Le Bulletin Officiel du 18 janvier 2007 réaffirme, au sujet de l’enseignement de la grammaire, les mêmes principes et insiste sur le volume horaire spécifique à consacrer à cet enseignement fondamental de l’étude de la langue. Dans cette optique, nous formulons à votre intention quelques conseils simples et pratiques :

• S’efforcer de mettre en place au sein des séquences un décloisonnement réfléchi, c’est-à-dire chercher à établir un lien étroit entre points de langue, textes étudiés et travaux de production (écrite/orale) envisagés, les uns enrichissant les autres.

• Savoir être attentif tout au long de l’année aux besoins précis des classes dont on a la charge : cibler alors certains apprentissages linguistiques en fonction des carences constatées, par exemple, dans les copies ou dans l’expression orale des élèves.

• Structurer l’apprentissage et, pour cela, favoriser la mémorisation, le réinvestissement des principes et des règles (par des exercices ainsi qu’au cours des travaux d’expression) , varier les types d’exercices et mettre en place des modalités d’évaluation diversifiées. Enfin, il ne faut pas craindre de revenir dans l’année sur des notions travaillées antérieurement si l’on s’aperçoit qu’elles posent à nouveau problème à une majorité d’élèves.

• Mener au sein de l’équipe de Lettres de l’établissement, et sous l’impulsion du coordonnateur, un véritable travail de concertation. Il est d’une part indispensable que les professeurs s’entendent tous sur la même terminologie grammaticale. D’autre part, il serait tout à fait fructueux que l’équipe détermine pour chaque année des objectifs communs et précis à atteindre dans le domaine de la langue (que souhaite-t-on exactement que les élèves de toutes les classes de 6e de l’établissement puis de celles de 5e , de 4e , et enfin de 3e maîtrisent en grammaire, orthographe et vocabulaire au terme de leur année scolaire ? Il s’agit en quelque sorte de s’entendre sur une base commune). A partir de là, l’équipe pourra du même coup élaborer, dans la perspective des quatre années, un enseignement progressif, une complexification cohérente et mesurée des savoirs et savoir-faire linguistiques.

Les résultats particulièrement inquiétants des dernières années aux évaluations d’entrée en 6e dans l’académie de Rouen constituent un indicateur de première importance et nous montrent que le travail autour de la maîtrise de la langue doit constituer une priorité pour tous . Si ce travail et cette vigilance intéressent tout particulièrement le professeur de Lettres, ils concernent en réalité les enseignants de toutes les disciplines. Il paraît donc indispensable que s’engage dans les établissements une réflexion transdisciplinaire sur ce point.

Les nouveaux programmes précisent que la maîtrise de la langue, enjeu de nombreux débats engagés autour de notre enseignement ces dernières années, occupe une place de choix dans les préoccupations des concepteurs du nouveau programme. Il est à noter que les apprentissages dans ce domaine (grammaire, orthographe, lexique) font l’objet d’une programmation précise sur les quatre années du collège, qui répond au désir de clarification fréquemment exprimé par les collègues ces dernières années. Cette programmation peut être mise en œuvre dès cette année pour tous les niveaux.

Sources : Lettres de rentrée 2007 et 2008 des IA-IPR de lettres de l’Académie de Rouen ; (consulter les Lettres de rentrée sur cette page)