Vous êtes ici : Accueil > Pratiques > Lecture > La lecture analytique au lycée
    Publié : 29 mars 2011
    Format PDF Enregistrer au format PDF

    La lecture analytique au lycée

    La lecture analytique définie dans les programmes de lycée est une démarche souple dont l’objectif « est la construction et la formulation d’une interprétation fondée : les outils d’analyse sont des moyens d’y parvenir, et non une fin en soi. La lecture analytique peut être aussi une lecture comparée de deux ou plusieurs textes ou de textes et de documents iconographiques, dont elle dégage les caractéristiques communes, les différences ou les oppositions. » ( B.O. n°40 du 2 novembre 2007). Nous ajoutons qu’elle s’attache d’abord à préciser les réalités évoquées par le texte ainsi que les émotions qu’il suscite, afin de faire saisir la « vie » du texte littéraire. Les procédés rhétoriques donnent à ces réalités leur relief et à ces émotions leur ampleur.

    La lecture analytique porte sur des textes plus ou moins longs qui ne correspondent pas forcément à la longueur requise pour l’É A F. On peut ainsi étudier un poème long, plusieurs pages d’un roman, une scène entière d’une pièce de théâtre, voire un chapitre de roman ou un acte d’une pièce de théâtre.

    Elle ne vise pas à une explication exhaustive du texte mais s’effectue en relation avec la problématique du groupement de textes ou de l’œuvre intégrale pour dégager des aspects importants du texte et construire une interprétation. La lecture analytique d’un texte devrait se faire en une séance d’une heure, voire exceptionnellement de deux heures pour les textes longs ou difficiles.
    D’un point de vue formel, toutes les approches sont possibles : en suivant le mouvement du texte, en regroupant les éléments, en répondant à une ou des questions, en laissant l’initiative aux élèves, etc.

    La lecture analytique mobilise la participation des élèves par des préparations antérieures qui éviteront d’être directives, par des observations au cours de la séance, par une prise de notes limitée.

    Enfin, elle peut s’achever par une réflexion avec les élèves sur les différentes questions pouvant être posées sur le texte ainsi que sur les différents découpages possibles en vue de l’examen pour un texte long.

    Source : Lettre de rentrée 2009 des IA-IPR de lettres de l’Académie de Rouen (archivée dans l’Espace des IA-IPR)