Vous êtes ici : Accueil > Pratiques > Ecriture > Faire écrire un journal de bord en 5e

Documents joints

Publié : 14 juin
Format PDF Enregistrer au format PDF

Faire écrire un journal de bord en 5e

Projet en 5e : faire écrire un journal de bord (sous forme de diaporama). Ophélie Jomat, collège Les Acacias (Le Havre) – avril 2018

I. Les raisons du projet.
Suite à un stage sur l’écriture contemporaine et numérique en 2017, j’ai pu entendre Mme Loret, professeur de français au collège Alphonse Allais (27), nous exposer son projet en 5e : à partir d’une séquence sur le Voyage en terre de Brésil de Jean de Léry, elle faisait écrire à ses élèves un carnet de voyage collaboratif avec l’outil Etherpad.
Ayant décidé cette année, de travailler, sur les Grandes découvertes dans le cadre de l’entrée thématique en 5e « Le voyage et l’aventure : pourquoi aller vers l’inconnu ? », j’ai élaboré une séquence à partir d’extraits du journal de bord de Christophe Colomb, qui se trouvent dans le manuel Belin (« À la découverte de l’Amérique », pp. 12-23).
L’intérêt manifesté par les élèves sur le sujet m’a orientée vers une évaluation sommative qui soit une écriture d’imitation. Dès lors l’idée de l’écriture, par chaque élève, du journal de bord d’un mousse de Christophe Colomb (Pedro Alvarez) m’est apparue intéressante et j’ai décidé d’émailler la séquence de séances d’AP spécifiquement dédiées à l’écriture en classe de ce journal, dont voici le sujet :

Vous allez écrire votre propre journal de bord !
Sujet : Vous êtes Pedro Alvarez, un jeune marin de quinze ans, et habitez Grenade, en Espagne. Le 3 août 1492, vous avez embarqué avec Christophe Colomb à bord de la caravelle Santa Maria dans l’espoir de découvrir une nouvelle route vers les Indes. Racontez votre voyage à la première personne, au présent et au passé composé…

II. Les compétences travaillées et les activités proposées.
Afin de donner un aperçu de ce travail, voici ci-après le plan de séquence proposé, avec les séances d’AP suivant immédiatement les séances de lecture analytique, afin que les élèves soient à même de réinvestir immédiatement ce qui avait été vu en cours.
Puis viennent les séances d’AP proprement dites, pour lesquelles j’ai donné un guidage assez directif, afin d’obtenir une cohérence d’ensemble à l’écriture du journal de bord.

III. Les modalités d’évaluation.
En plus des critères habituels attendus pour une rédaction (la cohérence du contenu – ici, le réinvestissement des connaissances historiques et littéraires sur le journal de bord de Christophe Colomb, et les incontournables syntaxe et orthographe), j’ai demandé aux élèves d’accorder une importance à la présentation de leur travail. Une couverture de journal de bord était demandée et une présentation sous forme de petit carnet (agrémentée d’illustrations) ou une présentation sous forme de diaporama étaient valorisées par des points bonus, ce qui a permis à des élèves faisant des fautes ou ayant commis quelques maladresses d’atteindre une très bonne note.
Vous trouverez la grille d’évaluation avec les compétences après le plan de séquence et les séances d’AP.
Et voici quelques exemples de diaporamas réussis, en ligne sur l’ENT du collège : http://lesacacias.arsene76.fr/matie...

IV. L’intérêt du projet pour les apprentissages.
Ce travail a motivé les élèves de par sa thématique historique, ses exercices d’écriture imitative, son aspect exotique (faune et flore) et l’aspect de la production finale. Il s’est avéré que travailler sur Christophe Colomb et la colonisation a réveillé certains élèves ordinairement moins motivés par le cours de français.
De plus, permettre aux élèves d’écrire en classe leur brouillon les a rassurés, a permis aux élèves dyslexiques ou en difficulté de me soumettre leur écrit pour que je le corrige à chaque séance d’AP, et la qualité du travail final s’en est ressentie.
Enfin le pouvoir créateur du carnet de voyage avec ses dessins s’est couplé au plaisir, pour certains élèves, de réaliser leur propre diaporama et ce côté créatif dans un projet individuel a été source d’une motivation importante.

V. Les perspectives.
Cette séquence pourrait être revisitée en intégrant des séances d’AP de méthodologie de création d’un diaporama en amont, afin que tous les élèves d’une classe puissent réaliser une présentation numérique et qu’elle ne soit plus seulement un bonus.
Le fait que le professeur ait voulu guider ses élèves dans l’écriture pas à pas l’a amené à être assez directif, ce qui a donné lieu à de beaux récits, mais dont la structure est quelque peu répétitive. Le gain de temps et la cohérence du traitement du sujet sont à ce prix…
Ce travail pourrait également être inscrit dans le cadre d’un EPI, avec le professeur d’histoire-géographie (pour les références aux Grandes Découvertes), avec celui de sciences (pour les instruments de navigation, la faune et la flore), et avec celui de technologie ou le documentaliste (réalisation d’un diaporama).
Enfin, cette activité a été référencée par Jean-Michel Le Baut pour Le Café pédagogique.

Mme Jomat

N.B. : plus de précisions dans la Pièce Jointe à l’article.