Vous êtes ici : Accueil > Pratiques > Oral > Paroles d’enfants pendant la Grande Guerre
Publié : 6 octobre
Format PDF Enregistrer au format PDF

Paroles d’enfants pendant la Grande Guerre


1. Présentation et objectifs du projet

Dans deux classes de sixième, afin de commémorer le centenaire de l’armistice de la Première Guerre Mondiale, les élèves ont eu à lire des lettres ou des extraits de journaux intimes d’enfants de Poilus. Les élèves ont réalisé des Bleuets du Centenaire avant de mettre en voix les textes.
Au moment où la Première Guerre Mondiale éclate, on compte à peu près autant d’enfants dans les écoles que de Poilus sur le front. La lecture des lettres d’enfants de soldats est bouleversante car elle témoigne du regard que les enfants portent sur leurs pères, leurs oncles ou leurs grands-frères. Elle est un témoignage précieux des scènes de vie familiale plus ou moins préservée pour les enfants par rapport à la vie dévastée des adultes. La mise en voix des textes a été l’occasion de faire prendre vie aux mots d’enfants de Poilus, grâce aux voix des élèves de sixième.

2. Organisation

Le projet, « Paroles d’enfants pendant la Grande Guerre », a été proposé à deux classes de sixième, soit quarante-quatre élèves, par Madame Croix, professeur agrégé de Lettres Modernes, au collège Albert Camus d’Yvetot.
Afin de permettre un enregistrement en format de fichier .mp3, les élèves ont été invités à utiliser l’application gratuite pour Android, « HI-Q MP3 Voice Recorder », ou à utiliser le logiciel gratuit Audacity.

3. Descriptif de l’activité et des outils

En cours de Français, dès les premières séquences, les élèves ont été invités à une lecture expressive, à de nombreuses reprises. L’oral a été au cœur des différentes séquences afin de faire prendre conscience aux élèves qu’un texte n’impose pas une lecture unique et figée. Les élèves, par la mise en voix fréquente de textes, ont pu saisir combien un texte ouvre le champ des possibilités.
La mise en voix de lettres ou d’extraits de journaux intimes d’enfants de Poilus, tout en redonnant vie au texte, a permis d’accéder plus facilement au sens. Plusieurs moments ont été consacrés à des explorations des variations possibles de lectures expressives. Ces moments ont favorisé l’appropriation personnelle de la lettre ou de l’extrait de journal intime d’un enfant de Poilus. Ils ont permis une étude du matériau langagier qui prend vie par la prononciation. Les élèves ont réfléchi sur la notion de phrase, grâce à une interrogation sur les pauses à effectuer au moment de la mise en voix. Ils ont ainsi saisi l’importance du silence pour faire vivre le mot et partager le sens du texte.
Il a été rappelé aux élèves de procéder à un entraînement à la mise en voix, avant l’enregistrement de la lecture expressive.
En classe, lors de l’écoute des mots d’enfants de Poilus, lus par les élèves, il a été intéressant de noter que les textes n’offraient pas une mise en voix unique. Les élèves ont alors saisi combien un texte prend vie par un rapport intime et sensible au sens.

4. Corpus et supports utilisés

Les textes mis en voix par les élèves ont été extraits des ouvrages suivants :

  • Jean-Pierre Guéno, Mon Papa en guerre, Librio, 2012 ;
  • Jean-Pierre Guéno et Jérôme Pecnard, Mon Papa en guerre, Lettres de pères et mots d’enfants, Les arênes, 2003.
    Pour la réalisation de l’enregistrement, chaque élève a eu un document présentant le projet et rappelant le texte à mettre en voix (cf. Document à télécharger, ci-dessous, annexe « Exemple de document distribué »).

5. Réalisations d’élèves

Un site internet a été créé pour mettre en avant les réalisations des élèves. Le site est accessible à l’adresse suivante : memoi.000webhostapp.com/
Une exposition des Bleuets du centenaire a été organisée au sein de l’établissement. Des QR Codes, renvoyant au site internet, ont été apposés à côté des bleuets pour pouvoir écouter la mise en voix de l’ensemble des mots d’enfants de Poilus.

Quelques exemples de mises en voix :


Parole d’enfant 1


Parole d’enfant 2


Parole d’enfant 3

6. Bilan

Lors de la mise en voix de lettres ou d’extraits de journaux intimes d’enfants de Poilus, les élèves ont perçu le rapport intime de la lecture avec le sens dans un contexte précis. Ils se sont engagés dans un projet éducatif à dimension citoyenne dans la mesure où l’ensemble de la communauté éducative était impliquée dans des projets en lien avec les commémorations du centenaire de l’armistice. Ils ont été invités à participer aux cérémonies organisées par la communauté de communes de la Région d’Yvetot. L’exposition des Bleuets du centenaire, réalisée au sein de l’établissement, associée à la création d’un site internet, a été l’occasion de partager et de garder une trace mémorielle de l’engagement des élèves dans les commémorations.

7. Perspectives

La mise en voix de textes peut être réalisée tout au long de la scolarité d’un élève. Elle favorise une appropriation personnelle d’un texte et participe au plaisir que procure la découverte des possibles d’un texte. En choisissant des lettres d’enfants de Poilus, elle favorise une réflexion sur le contexte d’écriture du texte qui implique une mise en voix rendant compte du sens inscrit dans l’Histoire.

Paroles d’enfants pendant la Grande Guerre